Parole de collaborateur

Marie AKA, Céline SUZAN, Émilie FORTAS

  • Ingénieures d’application en biologie médicale

« Chez S-Inter, nous avons l’opportunité d’être les pionnières d’un nouveau business, sur lequel l’entreprise mise beaucoup et nous fait confiance. »

Marie AKA, Céline SUZAN, Émilie FORTAS

  • Ingénieures d’application en biologie médicale

« Chez S-Inter, nous avons l’opportunité d’être les pionnières d’un nouveau business, sur lequel l’entreprise mise beaucoup et nous fait confiance. »

Début 2020, S-Inter s’est lancée dans une nouvelle aventure : l’application en biologie médicale. Cela supposait donc d’intégrer dans nos équipes de nouveaux profils métiers, plutôt biologistes et non techniciens. Pour construire ce département A, nous avons fait appel à 3 ingénieures d’application médicale : Marie, Céline et Émilie.

Paramétrer les instruments, effectuer des tests, valider les méthodes, former les utilisateurs à la bonne utilisation de la machine, les assister lors de la mise en route… devient leur quotidien. Tout en structurant l’activité.
Elles accompagnent ainsi les clients finaux dans le lancement de nouveaux automates, pour la bonne réalisation d’analyses (cholestérol, taux de calcium, HIV…).

C’est un vrai défi. Et tout porte à croire que nous le relevons plutôt bien !

Découvrez le quotidien de nos 3 nouvelles collaboratrices.

En quoi consiste le métier d’ingénieur d’application chez S-Inter ?


Marie : En tant qu’ingénieures d’application en biologie médicale, nous participons à l’installation d’automates, à leur paramétrage et leur mise en route. Nous testons en amont les commandes avec un collègue technicien. Nous formons les utilisateurs, jusqu’à ce qu’ils soient totalement autonomes.
Nous sommes ainsi les garants de la fiabilité des configurations du système, de la bonne information et formation. Aussi, nous nous assurons de la bonne utilisation et demandons au client s’il est satisfait de notre collaboration.
Enfin, nous nous occupons des problématiques post-installation qui pourraient survenir.

Émilie : Comme le dit Marie, le job de l’ingénieur d’application, c’est d’accompagner le client à prendre l’automate en main, de le former, pour qu’il puisse l’utiliser de façon autonome.

Quel est votre parcours ?


Céline : J’ai travaillé 10 ans en laboratoire d’analyse médicale en tant que technicienne. J’avais fait un peu le tour… Et il n’y avait pas vraiment de possibilités d’évolution. Alors, j’ai entamé une reconversion, en m’intéressant de près au métier et en échangeant avec des ingénieurs d’application.

Marie : En 2004, j’ai obtenu mon diplôme de technicienne de laboratoire. J’ai exercé ce métier dans plusieurs laboratoires hospitaliers et privés, pendant 15 ans. Et puis, j’ai aussi eu envie d’aller vers de nouveaux horizons. Mon déclic a été d’être au contact d’ingénieurs d’application et de participer à l’installation d’une chaîne d’automates.

Émilie : J’ai travaillé dans la recherche médicale pendant 7 ans. Et comme Marie et Céline, j’ai voulu me reconvertir, pour être plus au contact du client.

Pourquoi avoir rejoint S-Inter ?


Céline : J’ai fait plusieurs candidatures spontanées et ai répondu à quelques offres. Je ne connaissais pas S-Inter. Et puis, en parlant avec des collègues dans ma précédente entreprise, je me suis rendue compte qu’il y avait un technicien de S-Inter qui intervenait. J’ai échangé avec lui, et je dois dire qu’il m’a bien vendu l’entreprise. J’ai eu un véritable coup de cœur ! J’étais en totale adéquation avec les valeurs de l’entreprise : honnêteté, respect, collaboration, tous dans le même bateau. Et puis, une entreprise à taille humaine, c’est ce qu’il me fallait.

Marie : J’ai eu le même ressenti que Céline : j’adhérais complètement aux valeurs de S-Inter. Aussi, après plusieurs expériences professionnelles et différents managements, on sait ce qu’on veut et ce qu’on ne veut plus. Je voulais trouver une juste mesure entre vie professionnelle et vie personnelle. J’avais besoin de collaboration, de franchise, de transparence. S-Inter m’offrait tout ça.
Et puis, monter un nouveau service, c’est un beau challenge, que nous relevons toutes les 3. C’est vrai que ça me stressait un peu lorsque j’ai passé les entretiens, puisque tout était à construire, mais Jean-Claude Charles a su me rassurer.

Émilie : Je viens d’une très grosse entreprise, où j’avais du mal à trouver ma place. L’humain n’était pas vraiment au cœur. Je cherchais le côté familial, une entreprise qui valorise ses salariés.

Comment se passe une journée type ?


Marie : Nous n’avons pas de journée type, nous ne faisons jamais la même chose d’un jour à l’autre. Selon les ordres de mission, nous installons, nous paramétrons, nous formons, nous accompagnons, nous faisons du mentoring sur le terrain. Et puis, nous construisons cette nouvelle activité.

Céline : Nous intervenons aussi en renfort des équipes existantes chez nos partenaires. Nous travaillons également sur l’amélioration de nos process et sur l’évolution de l’activité d’application.

Émilie : De mon côté, j’ai rejoint S-Inter il y a quelques jours : je suis encore en formation.

Comment décririez-vous S-Inter ?


Émilie : S-Inter, c’est une entreprise accueillante, où tout le monde s’entraide.

Marie : S-inter est une entreprise très ouverte, proche de ses collaborateurs. Une entreprise dynamique et à l’écoute, où chacun a sa place et son importance. Un esprit d’équipe, où on a envie de s’épanouir, évoluer et réussir. Une proximité malgré les différentes zones géographiques de ses collaborateurs.

Céline : On se sent vraiment accompagnées, soutenues et impliquées dans les projets et dans l’entreprise. Tout est fait pour nous aider.

« Je suis en totale adéquation avec les valeurs de l’entreprise : honnêteté, respect, collaboration, tous dans le même bateau.«